Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'archipel de Théo
  • L'archipel de Théo
  • : M'évader, rêver, crier, en un mot écrire ! Modeler la vie avec des mots et les partager avec ceux qui s'évadent, qui rêvent et qui crient. Partager les coups de coeur ou de colère aussi.
  • Contact

Bienvenue

Bienvenue à vous, qui aimez les mots, les voyages et le rêve ...
Je fais mienne cette phrase de René CHAR  : 

"La  poésie me volera ma mort"

encrier2.jpg

Recherche

20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 19:25

HAIKU DE VENT ET TANKA FAIRE

 

Le vent donne à boire

Dans la rivière au roseau,

Rencontre d’automne

 

La flamme de l’allumette

Qui éclaire l’âge

D’un fumeur, la nuit

 

Ce bracelet d’or,

Souvenir de ton poignet ;

J’ai perdu ta main

 

De vent, d’écureuils, d’oiseaux,

Les arbres vivent ;

Les branches parlent

 

Torture de la fumée

Qui gesticulait,

Silence d’un cri

 

Tes yeux, ton sourire,

Ta voix, mon désir,

Un printemps dans mon automne

 

Feux de la Saint-Jean,

Nuit de la musique,

Sons et lumières d’été

 

Joyeuse fête Papa !

Sous un ciel vert de cyprès,

Tu parles aux pierres

Et je te réponds ;

Car je suis tout près.

 

 Théo

19 juin 2004/2008

MUSIQUE

Repost 0
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 19:18

 


Haiku d’œil sur le Monde



Petite planète bleue,
Puis planète noire
L’homme est passé là.

Jeune fille qui court vite,
Femme qui court vite
L’amour passe vite.

Tu es grand, poète nain,
Monté sur les vers
Semés par ta main.

La dinde gloussa
Poule caqueta :
Ton mari sur le chemin !
Tu sortis du poulailler,
A demain mon coq.

N’est-ce pas bizarre
Cette fumée qui s’échappe
Quand tu réfléchis ?

Un tsunami, et la vie
Qui vient et s’en va,
Infini ressac.

Petite planète bleue,
Fille de l’étoile,
Si Dieu te soufflait ?

Un soir, souviens t’en,
Tu me donnas tes vingt ans,
Il y a trente printemps ;
Et voici que vient
Le premier automne.

Flamme de bougie,
Les yeux de ma mie ;
Soleils éclairant ma nuit.

Petite planète bleue,
Quand demain mourra,
Chante mon amour.

Comme vont les vents,
Ainsi passent les amours,
Troupeau de nuages.

Petite planète bleue,
Mon corps est aux vers ;
Ton ventre est plus vert .


Théo
Janvier 2005

Repost 0
26 avril 2008 6 26 /04 /avril /2008 23:50

Haïku pour rien, juste l’amour

(écrit avant)

Hausse du super
Vertiges d’essence
Ils nous pompent, les Emirs

Sego et Sarko
Sont dans un bateau
Tous les deux tombent à l’eau
Mamans-requins et leurs petits
Fuient à tire-d’aileron.

Je parlais à un chouca
Qui voulut me dire un conte,
« Il était deux fois »,
Avec l’accent Belge :
José Chanly déguisé !

¤

Caressein, madoultre,
Tendricole épavineux,
Déreinage amabrisure,
Artole jaculent :
Ces mots devraient exister !

¤

Ma chaste beauté,
Ma chatte bottée,
Cœur donné bien mal chaussé.

La pluie de mes yeux,
La neige de mes cheveux,
L’automne d’un cœur

¤

Caressein, ma douce,
Colle tendre de nous deux,
La brisure de mes reins
Ton art est mon plaisir :
Maux choisis du cœur.

¤

Je suis cette feuille,
Tu n’es que le vent
Qui me souffle et m’emporte

¤

Demain on rase gratis :
Sarcause toujours,
Vizir Iznogoud

Demain on tondra gratis
Moutons et pigeons,
Façon segolaine.

Tout va bien tu vois :
Le monde aux abois,
Chien remue la queue.

¤

Vent, emporte-moi,
Je ne suis que feuille
Mais je te suivrai partout.


Janvier 2007

Repost 0
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 12:33



 


HAIKU de pompe

 

Ciel de printemps,

L’éventail de tes jambes

Déploie son mystère

 ¤

Juvénile toison

Pelouses de la passion,

Que l’hiver regrette

 ¤

L’amour se détache

Morte- feuille de saison,

Ton hiver approche

 ¤

Aspire le vent

Bois l’océan des rêves

Ne mange pas trop

 ¤

Croire au paradis :

Les arbres testent le ciel,

Ma branche ta bouche

 ¤

Printemps de frissons,

Eté des corps en fusion,

Hiver de migraine

 ¤

Tu pries le ciel,

Aveugle et malentendant,

De bien te guider

 ¤


Deux lèvres de plus,

Privilège de Femme

Pour la bouche de l’Homme

 ¤

Quotidienneté :

Je passe à travers

Le battant clos de tes yeux

 ¤

L’aile de l’amour,

Qui t’a porté jusqu’au ciel,

Te laisse aux enfers

 ¤

Lueur de Lune,

Je révise sous les draps

Mon Kama-Sutra

 ¤

Hi-Hi-Hi-Hi-Hi !

Han!Han !Han !Han !Han !Han!Han!

Un âne à deux dos

 ¤

Un arbre, une fleur

Un homme, une femme,

Dans le jardin de la vie.

 

 Théo

Repost 0
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 18:49

Les principales références de cette introduction sont empruntées à André Dumaine et proviennent du site ci-dessous :



Quelques définitions et un peu d’histoire :


HAIKU

C'est à Basho (1644-1694) que l'on attribue la fragmentation du tanka ou du poème lié (les opinions diffèrent selon les spécialistes), c'est-à-dire la pratique d'écrire un hokku sans souci d'enchaînement. Bien longtemps après Basho, Shiki (père du haïku et du tanka modernes, 1867-1902) donne un nom à ce "chaînon" isolé: haïku (haïkaï-hokku).

Basho :



Qu'est-ce donc que le haïku? C'est un poème sans mots, c'est-à-dire très bref, un tercet d'habituellement 17 (5/7/5) syllabes. Il contient une référence à la nature (kigo), à une réalité non seulement humaine. Sobre, précis, subtil, dense, sans artifice littéraire, il évite les marques habituelles du poétique, telles la rime et la métaphore. Loin du grand souffle lyrique occidental, le haïku peut sembler anodin au premier abord; en fait, il est banal ou sublime, tout se jouant sur la corde raide tendue entre le poète et le lecteur.
Juxtaposition de l'immuable et de l'éphémère. Légèreté humoristique désamorçant tout pathos. Art du détail. Fragment de vie, de souvenir, de rêve. Lire et écrire des haïkus, c'est découvrir une conception autre de la poésie. [ … ]. Le haïku est un poème concret, une poésie des sens et non des idées. […]
D'une sensation qui peut être une expérience unique et, éventuellement, donner naissance à un texte élaboré recréant un certain univers, le haïkiste, dans son poème à la fois bref et ouvert, ne garde que le flash initial. C'est là son défi, c'est là son art.


HAIKUS JAPONAIS CLASSIQUES : Exemples

Dans le vieil étang
Une grenouille saute
Un ploc dans l'eau!
Basho

Tout a brûlé
heureusement, les fleurs
avaient achevé de fleurir.
Hokushi

Cet automne
Je n'ai pas d'enfant sur les genoux
Pour contempler la lune.
Onitsura

Le voleur
M'a tout emporté, sauf
La lune qui était à ma fenêtre.
Ryokan


Quand elle fond,
La glace avec l'eau
Se raccommode.
Teitoku


HAIKUS FRANÇAIS : EXEMPLES

Ce bouquet de fleurs
aplati dans la grand-rue
pour qui était il?
Patrick Blanche

A moitié petite,
La petite
Montée sur un banc.
Paul Éluard

Durant la sieste
nous étions ennemis farouches
la mouche et moi
Bruno Hulin

A petits coups de crocs
La mer mordille
Les jambes des baigneuses
Alain Kervern

¤

TANKA

Le tanka est la forme poétique classique la plus ancienne et on la retrouve dès les premières anthologies japonaises; ainsi, il y en a 4,170 dans le Manyôshû (vers 760).
Le tanka est un poème à forme fixe construit en deux parties, la deuxième venant comme réponse, ou relance, à la première; cette première partie est un tercet de 17 (5/7/5) syllabes et la deuxième est un distique de 14 (7/7) syllabes, ou vice versa. Si ces deux parties sont généralement écrites par un même poète, il n'est pas rare de voir des tankas écrits par deux poètes. Le tanka classique n'était pratiqué qu'à la Cour impériale; il est toujours considéré comme la forme la plus élevée de l'expression littéraire. Poème lyrique, exquis, raffiné, il explore des sentiments "nobles", tels l'amour, la solitude et la mort, selon un ensemble de règles des plus sophistiquées.


TANKAS JAPONAIS CLASSIQUES

À quoi comparer
Notre vie en ce monde?
À la barque partie
De bon matin
Et qui ne laisse pas de sillage.
Manzei


L'éclair est fugitif
Qui illumine les épis
Des rizières d'automne.
Même pour un instant aussi court
Je ne saurais t'oublier.
Anonyme

Parce qu'en pensant à lui
Je m'étais endormie
Sans doute il m'apparut.
Si j'avais su que c'était un rêve
Je ne me serais certes pas réveillée.
Ono no Komachi

À mon grand regret
Je ne puis me partager en deux
Mais, invisible,
Mon coeur vous suivra
En tous lieux.
Ikago no Atsuyuki

¤

RENKU ou « poème lié »

Le poème lié est une forme étrange pour les Occidentaux. La première caractéristique du poème lié est qu'il s'écrivait avec la collaboration de plusieurs poètes réunis en un même lieu pour une séance d'écriture, ou plutôt pour une joute dans laquelle chacun intervenait à tour de rôle. En Amérique, un renku se fait généralement par téléphone, par la poste ou encore par courrier électronique.
Deux autres caractéristiques. La forme est fixe; le premier chaînon et les chaînons impairs sont des tercets de 17 (5/7/5) syllabes, et le deuxième chaînon et les chaînons pairs sont des distiques de 14 (7/7) syllabes. Traditionnellement, un renku est constitué de 36 chaînons, 36 haïkus en quelque sorte, et est appelé kasen. La construction est non linéaire et sans plan logique, chaque chaînon ne répondant qu'au chaînon précédent: ainsi, le chaînon "B" répond au chaînon "A", et, oubliant "A", "C" répond à "B". Un renku se donne à lire comme une suite, à la fois liée et indépendante, de tankas. […] Tout l'art du poème lié réside dans l'enchaînement et le jeu gagne en complexité selon le degré de connaissance et d'habileté des "joueurs". […] Si le temps requis pour la composition d'un de ces poèmes est de deux à quatre heures, le temps alloué à l'écriture d'un chaînon n'est que de quelques minutes.

Texte original de André Duhaime (Copyright © 1996)


BIBLIOGRAPHIE

ATLAN (Corinne) et BIANU (Zéno), Anthologie du poème court japonais, Paris, Gallimard, collection « Poésie », 2002
BASHO, Le Manteau de pluie du Singe, Paris, P.O.F., 1986.
BLANCHE, Patrick, Le chat a des souvenirs de jungle. Approche du haïku de chez nous, Nyons (France), La Voix/e du Crapaud, 1995.
DUHAIME, André, Haïkus d'ici, Hull, Asticou, 1981.
DUHAIME, André, Cet autre rendez-vous, Orléans (Ontario), David, 1996.
HARDY (Jacky), Haiku, poésies anciennes et modernes, Trad. Bernard DUBANT, Paris, éditions VEGA, 2003
HIGGINSON, W. J., The Haiku Handbook, New York, McGraw-Hill, 1985.
MINER, E. R., Japanese Linked Poetry, An Account With Translations of Renga and Haikai Sequences, Princeton, Princeton University Press, 1979.
RENONDEAU, G., Anthologie de la poésie japonaise classique, Paris, Gallimard, coll. "Poésie", 1988.
SIEFFERT, René, Le Haïkaï selon Basho, Traité de poétique, Paris, P.O.F., 1983.
VANDE WALLE, Willy, "Vitalité d'un art secondaire: le haïku" et "Le tanka en quête de sa modernité" dans Littérature japonaise contemporaine, sous la direction de Patrick DE VOS, Labor, Bruxelles / Philippe Picquier, Paris, 1989.
_________________
Théo
Repost 0